streammind-les-echos2

Les Echos | StreamMind promet plus d’agilité aux banques

StreamMind a commencé d’éprouver sa solution dans le domaine des paiements en utilisant les services de la messagerie interbancaire SEPAmail.

 

La jeune pousse française a conçu un logiciel permettant de concevoir et déployer des applications sans les contraintes techniques habituelles. La banque est son premier terrain de jeu.

 

Dans un monde où les usages et les modes de consommation évoluent rapidement, l’agilité des systèmes d’information est devenue cruciale, les banques en font la difficile expérience. StreamMind leur apporte dans ce contexte un moyen innovant de répondre à la concurrence des néobanques ultra-agiles, sans avoir à  repenser leurs infrastructures .

 

Cette jeune pousse française a en effet conçu un système logiciel qui permet de concevoir et déployer des applications sans se soucier des composantes techniques nécessaires.

 

« Contrairement aux applications qui sont actuellement développées avec du  code source qu’il faut ensuite intégrer dans des systèmes d’information hérités des années 1970, TIME permet d’imaginer une application par sa seule fonction. Les composantes techniques sont ensuite embarquées automatiquement et l’intégration se fait directement dans les systèmes d’information existants. Le logiciel se transforme ainsi directement en service », explique Nicolas Muhadri, directeur général et fondateur de StreamMind.

SEPAmail pour laboratoire

 

La jeune pousse française qui a déjà convaincu deux grands groupes bancaires mutualistes français d’utiliser sa plateforme pour imaginer de nouvelles applications, a commencé d’éprouver sa solution dans le domaine des paiements en utilisant  les services de la messagerie interbancaire SEPAmail comme laboratoire durant près de dix ans. StreamMind est de fait l’éditeur logiciel historique du réseau interbancaire SEPAmail.

 

La jeune pousse dispose à présent d’une offre de trois produits qu’elle souhaite déployer à grande échelle. Le premier couvre la chaîne de facturation, depuis l’émission de la facture jusqu’à son règlement, en passant par la négociation des modalités de ce règlement. Le deuxième permet aux banques de se doter d’une solution de paiement instantané sans en passer par d’importants chantiers informatiques, tandis que le troisième propose une interface de vérification des coordonnées bancaires de clients avant un virement.

Devenir le champion mondial du logiciel

 

Mais le terrain de jeu bancaire de StreamMind a vocation à s’étendre à d’autres secteurs d’activité. La société ciblera dans un premier temps les marchés de la formation, de la sécurité informatique et de l’industrie. « Notre ambition est de devenir d’ici à 2020 le champion mondial du logiciel, avec TIME s’imposant comme le système d’exploitation de toute application », précise Nicolas Muhadri.

 

StreamMind prépare dans cette perspective une augmentation de capital de 10 millions d’euros. Un montant qui doit lui permettre de plus que doubler ses équipes en recrutant une quarantaine de personnes pour renforcer ses capacités marketing, commerciales et techniques et ouvrir des bureaux à Londres, Delhi, Amsterdam et New York d’ici la fin de l’année.

 

Auteur : Ninon Renaud. L’article original est disponible sur le site web de Les Echos.