Fraude au paiement et virement bancaire : les solutions

Les fraudes au paiement et virement bancaire ne constituent plus un phénomène isolé. Elles sont de plus en plus récurrentes, les escrocs améliorant sans cesse leurs stratagèmes. Hélas, de nombreuses entreprises tombent encore dans le piège des fraudeurs. Ces derniers extorquent des sommes d’argent colossales à leurs victimes et il est souvent difficile de les appréhender. La plupart du temps, les fraudes sont orchestrées depuis l’étranger, avec l’utilisation de fausses adresses IP et adresses email. Les escrocs utilisent aussi souvent des numéros de téléphone qui apparaissent comme étant locaux, alors que les appels sont en réalité émis depuis d’autres pays.

La fraude au virement bancaire et la fraude au paiement peuvent être opérées de diverses manières. Voici un guide qui vous aidera à mettre votre entreprise à l’abri des arnaques bancaires relatives au paiement et virement bancaire frauduleux.

Les types de fraudes ciblant les entreprises

Les fraudes qui visent les entreprises sont de divers types. Leur connaissance vous permettra de mieux les contrer.

Fraude au virement bancaire

La fraude au virement bancaire est l’une des plus fréquentes dont les entreprises sont victimes. Pour mener ce type de fraude, les escrocs font généralement de l’usurpation d’identité. À cette fin, ils collectent des informations sur leurs cibles à travers le phishing ou le hameçonnage. Usant de fausses URLs, de ransomwares, de virus, de deepfakes et autres, ils parviennent à obtenir les informations personnelles des futures victimes à travers l’ingénierie sociale.

Pour déjouer les fraudes au virement bancaire, vous devez donc faire preuve de vigilance en matière de protection de vos coordonnées bancaires. Vous devez prendre des mesures spécifiques. Dans une entreprise, tout le monde ne dispose pas des mêmes connaissances en ce qui concerne les fraudes bancaires. En tant que dirigeant d’entreprise, veillez donc à sensibiliser vos collaborateurs sur les différentes techniques employées par les arnaqueurs. Ainsi, vous attirez l’attention des uns et des autres sur les précautions à prendre pour éviter toute fraude au virement bancaire.

Ensuite, vous pouvez restreindre l’accès des collaborateurs aux données sensibles afin d’éviter tout risque de fuite pouvant servir aux fraudeurs. De même, vous devez miser sur la double validation des virements, recourir à des stratégies de protection des mots de passe, etc. Vous devez également faire attention au changement de coordonnées bancaires des fournisseurs, car l’arnaque au RIB (Relevé d’Identité Bancaire) est monnaie courante.

Fraude au faux fournisseur

La fraude au faux fournisseur est largement utilisée par les escrocs pour atteindre leur objectif. Elle fonctionne sur les entreprises parce qu’elle se fait de façon subtile. Selon le baromètre Euler Hermès DFCG 2020, cette fraude au paiement est la première des cyberattaques dont sont victimes les entreprises. Le fraudeur contacte, souvent par email, un membre de la direction financière de l’entreprise ciblée et l’informe du changement de ses coordonnées bancaires. Il lui demande alors d’effectuer le paiement des prochaines factures en utilisant les nouvelles coordonnées qu’il lui a données.

La personne contactée par l’arnaqueur pourrait mordre à l’hameçon, parce que l’arnaqueur prend l’identité du vrai fournisseur. Pour parvenir à ses fins, le fraudeur crée une adresse email semblable à celle du fournisseur. Il utilise aussi la même mise en forme de facture et d’email. La lutte contre la fraude au paiement bancaire passe donc par la mise en place d’un mécanisme de veille permanente. Par exemple, à chaque réception de messages électroniques provenant d’un soi-disant fournisseur, il faut vérifier si l’adresse email correspond à celle des échanges précédents.

Il faut s’intéresser aussi à l’objet de l’email, au nom de la pièce jointe, à la pagination de la facture, à la mise en forme, aux coordonnées bancaires, etc. Le moindre changement concernant ces éléments devrait vous alerter et vous amener à être plus prudent. Pour la sécurisation des paiements, pensez à systématiser la double vérification des coordonnées bancaires des fournisseurs, notamment à travers un système KYS (Know Your Supplier). L’automatisation des contrôles de l’identité et des informations bancaires est également un gage de sécurité.

Les types de fraudes en entreprise

Fraude au président

La fraude au président ou fraude par faux ordre de virement (FOVI) est l’une des plus vicieuses qui visent les entreprises. Cette arnaque, très souvent employée par les escrocs, consiste à usurper l’identité du dirigeant de l’entreprise et à contacter un membre de la section financière pour demander un virement exceptionnel. Conscient de l’autorité que peut avoir le président de la structure sur ses collaborateurs, le fraudeur met sa cible sous pression et l’oblige à lui envoyer une certaine somme de toute urgence et en toute confidentialité. Il lui donne un numéro de compte bancaire sur lequel le transfert doit être fait.

S’il n’est pas formé contre ce type d’arnaque bancaire, le salarié contacté ne pose pas de question à celui qui se présente comme le président. Il s’exécute alors et lui envoie l’argent. De grandes entreprises ont déjà été victimes de la fraude par faux ordre de virement. À titre d’illustration, Vallourec a perdu en 2013 plus de 20 millions d’euros à cause de ce type de fraude.

Cependant, les stratagèmes utilisés par les arnaqueurs sont de plus en plus sophistiqués. Ainsi voit-on apparaître depuis quelques années une variante de la fraude au président, à savoir la fraude au ministre. Le fraudeur usurpe l’identité d’un ministre du gouvernement et peut, par exemple, inviter l’entreprise à un fonds de solidarité nationale. Pour éviter la fraude au président ou l’une de ses variantes, il est indispensable de former les collaborateurs. Ceux-ci doivent connaître les techniques utilisées par les arnaqueurs, les réflexes à adopter, les réactions à avoir en cas de suspicion de fraude, etc.

Fraude au faux client

L’usurpation de l’identité d’un client est l’un des moyens employés par les cybercriminels pour voler les entreprises. La fraude au faux client se manifeste de diverses manières. L’escroc peut contacter, en tant que client, un membre de l’entreprise et lui notifier le changement de coordonnées bancaires ou d’adresse. Le but peut être l’extorsion de fonds ou le détournement de marchandises. Entre autres techniques de fraude au faux client, se trouve l’arnaque au faux devis. Elle consiste pour l’escroc à se présenter comme prospect et à faire une demande de devis auprès de l’entreprise.

Lorsque le devis est validé, le fraudeur fait mine d’envoyer un montant supérieur au montant nécessaire. Il indique ensuite à l’entreprise qu’il a fait une erreur et demande le remboursement. L’entreprise retourne au faux client la différence entre la somme d’argent qu’il aurait prétendument envoyée et le prix total indiqué sur le devis. Après coup, elle se rendra alors compte que son compte n’a jamais été crédité par le client.

Le détournement de marchandise est une autre des techniques de fraude au faux client. Dans ce cas, l’arnaqueur se présente comme un client ayant commandé une marchandise à l’entreprise et lui notifie un changement d’adresse peu de temps avant la livraison. Piégée, l’entreprise prend alors en compte le changement et livre le produit à la nouvelle adressée indiquée. Les sites d’e-commerce sont particulièrement ciblés par ce type d’arnaque. Pour l’éviter, vous devez utiliser un système KYC (Know Your Customer). Ce dernier implique une double confirmation, et sera utile pour authentifier qu’une opération sensible comme le changement d’adresse a effectivement été initiée par le client.

Fraude interne

La fraude interne est sans doute la plus pernicieuse de toutes, puisqu’elle est organisée par un ou plusieurs collaborateurs de l’entreprise. Elle se manifeste, entre autres, par le partage de données confidentielles de l’entreprise à de tierces personnes. Ainsi, le fraudeur peut effectuer directement des détournements d’actifs, voler de l’argent, poser des actes de corruption, manipuler les notes de frais, etc. Dans les faits, un salarié peut prendre l’identité d’un fournisseur et notifier à l’entreprise qu’il a changé ses coordonnées bancaires. Et comme dans le cas de la fraude au faux fournisseur, il donne un nouveau numéro de compte bancaire et demande que les prochains virements y soient transférés.

Il arrive aussi que le collaborateur s’associe à un autre malfaiteur pour monter l’arnaque. Il peut alors confier des informations sensibles de l’entreprise à un tiers qui se chargera d’usurper l’identité d’un fournisseur, d’un client, voire du président. Les conséquences de la fraude interne vont au-delà de l’aspect financier et touchent à la réputation de l’entreprise. Pour lutter contre ce type de fraude, toutes les directions (financière, administrative, juridique) doivent être mobilisées. Chacune doit maîtriser précisément le rôle qu’elle doit jouer à son échelle pour éviter la fraude interne.

Lutter contre la fraude au virement et paiement en entreprise

Comment lutter contre la fraude au virement et paiement en entreprise ?

Les différentes fraudes qui ciblent les entreprises sont évitables. Pour réussir la lutte contre la fraude au virement et au paiement, il vous faut utiliser des outils appropriés et adopter les bonnes pratiques.

Les solutions pour déjouer les fraudes au paiement et au virement

Il existe des outils spécialement conçus pour contrer les tentatives de fraudes. Au nombre des plus efficaces, on peut évoquer SEPAmail DIAMOND et KYC LUCY.

SEPAmail DIAMOND

SEPAmail DIAMOND est une application dont le rôle est de vérifier les coordonnées bancaires afin de déjouer les arnaques bancaires et éviter les erreurs de saisie. L’outil est particulièrement performant pour déjouer les techniques de fraude relatives aux coordonnées bancaires et à l’usurpation d’identité. Il permet donc aux entreprises de ne pas se faire avoir par des prétendus fournisseurs, clients ou présidents. L’application SEPAmail DIAMOND s’installe facilement et s’adapte à tous les systèmes.

Du nom au numéro de TVA en passant par la date de naissance, l’IBAN, le SIREN, toutes les informations sont passées au crible par l’outil. Ce dernier analyse les coordonnées de toute personne entrant en contact avec l’entreprise. SEPAmail DIAMOND peut être utilisé via une interface web générique et personnalisable. Vous pouvez aussi l’exploiter en tant qu’API, pouvant évoluer en interface à part entière via le paramétrage.

KYC LUCY

KYC LUCY est une solution utile pour lutter contre la fraude au paiement et virement. Cette application est compatible nativement avec SEPAmail DIAMOND. Elle sert notamment à amoindrir les risques d’erreur sur les transactions financières. KYC LUCY est indiqué pour mettre en place une procédure de KYC (Know Your Customer) et de KYS (Know Your Supplier).

L’outil offre plusieurs modes d’utilisation. Vous pouvez l’utiliser en tant qu’application mobile, interface web générique à personnaliser au besoin, en API sur un serveur ou encore en site internet. Le mode d’utilisation peut être changé à tout moment en toute facilité. Avec KYC LUCY, les notifications peuvent être paramétrées.

Vérifier les coordonnées bancaires de vos clients et fournisseurs

Les fraudes au virement et paiement n’ont certes pas le même mode opératoire, mais la plupart tournent autour des coordonnées bancaires. Prenez donc le soin de vérifier les informations bancaires de vos clients et fournisseurs. Lorsqu’un fournisseur à qui vous avez l’habitude de payer des factures vous informe qu’il vient de changer d’IBAN, demandez-lui un RIB. Ce RIB doit être intégré à votre système de virement pour une mise à jour. Surtout, vous devez appeler ledit fournisseur via son numéro habituel pour vous assurer que c’est bien lui qui vous a envoyé l’email en question.

Pour instaurer une véritable politique antifraude, veillez à séparer les rôles des collaborateurs afin d’éviter les risques de fraude interne. Le comptable ne doit pas être l’homme à tout faire en matière de gestion financière. Vous pouvez lui donner un rôle exécutif. Il peut donc émettre les fichiers de virement en faisant usage du logiciel de communication bancaire de l’entreprise. Quant au trésorier, il doit contrôler la réalité de chaque changement d’IBAN annoncé. Pour ce type de travail, le recours à un outil efficace comme notre solution logicielle SEPAmail DIAMOND et notre service KYC LUCY est quasiment indispensable.

Déjouer les fraudes au paiement et virement en entreprise

Renforcer la culture du risque de fraude bancaire en entreprise

On peut posséder tous les meilleurs systèmes de lutte contre les fraudes au virement et paiement, sans pour autant échapper aux escrocs. La combinaison du bon usage de ces outils et de l’adoption des bons réflexes est primordiale pour se rapprocher de l’objectif zéro fraude. Au sein de votre entreprise, vous devez mettre tout le monde au courant des différentes sortes d’arnaques. La sensibilisation doit être accompagnée d’une formation ayant pour but de transmettre aux collaborateurs les rudiments pouvant leur permettre de faire face aux tentatives d’escroquerie.

Dès qu’il y a de nouvelles recrues ou des stagiaires, vous devez les mettre au parfum de la politique de lutte contre les arnaques adoptée par l’entreprise. En revanche, il n’est pas évident que vous ayez le temps ou les compétences techniques nécessaires pour former vos collaborateurs en ce sens. Vous pouvez donc faire appel à un formateur professionnel qui abordera tous les aspects de la lutte contre les fraudes. Le rôle du spécialiste sera de renforcer la culture du risque au sein de l’entreprise pour permettre à chaque salarié d’être sur le qui-vive.

Pour finir, notez que les ordres de virement à exécuter en urgence sont à bannir de votre mode de fonctionnement. En outre, n’oubliez pas de sécuriser les appareils et données sensibles de l’entreprise avec des antivirus efficaces.

Partagez :